• ERBRAY (Dept44) Carrière de la Ferronnière Fossiles

    Fossiles du Dévonien
    (Brachiopodes-Mollusques-Coraux,.....)

    Dans les marnes feuilletées noires on y trouve marcassite, pyrites, calcite rhomboèdres blanche mais aussi des coraux et colonies de polypiers.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

     

     

     

    Prendre la D940 qui va de Wissant a Escalles a un moment tourner a gauche en venant de Wissant vers Strouanne , au stop laisser votre voiture sur le parking de droite , remonter en arrière vers le stop et tournez a droite, prendre le chemin de droite bordé par une haie a gauche bien verte avec un panneau interdiction propriété privée sur le côté droit, a la fourche aller tout droit et rejoignez le chemin d'en dessous puis au bout tourner à droite, longez les maisons jusqu'au  1er blockhaus penché vers l'océan, ensuite tournez a gauche en suivant la corniche vers le 2 ème blockhaus situé a peu près a 150 m de celui ci, en direction de Wissant.

    Arrivé au blockhaus, a sa gauche dans le talus gratter le sable, les argiles noires, bleu nuit a gris moyen se trouvent en dessous .

    1. Ammonites pyriteuses et nacrées de 5 a 20 cm de diamètres mais très fragiles.

    3. Lorsque lors des grandes marées d'équinoxe l'océan se retire loin, face au blockhaus  a 400 mètres on trouve au sol dans les marnes des gryphées, des ammonites pyriteuses, mais aussi des sperkies et rognons de pyrite.

    2.Glaise a ammonites pyriteuses, et bélemnites calcédoinisées  oranges (maxi 18 cm) soulever la glaise de 30 a 40 cm, sperkies et rognons de pyrite..

    WISSANT-ESCALES Dept 62

     

     

     

     

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

    WISSANT-STROUANNE Dept 62

     

     

    http://www.images-de-paysages.com/rando-wissant-calais.htm


    votre commentaire
  •  

    Lac_d_Arrious_101

     

     

     

    De Laruns prendre la D934 en direction du Pourtalet s'arrêter au rocher de Soquès. Garer la voiture a droite près de la baraque en tôle,toit rouillé et redescendre un peu pour prendre le sentier de randonnée, ou bien si vous y êtes assez tôt laisser votre voiture sur la gauche au pied du sentier de Grande Randonnée devant le panneau de signalisation avalanches surmonté d'un feu de signalisation.

    Traverser le sous bois pendant 20mn puis le ruisseau d'Arrious a gauche pour continuer sur la pente herbeuse jusqu'a la cabane d'Arrious. 

    De là monter jusqu'au col d'Arriou dénivelé 500 mètres pour 1 km de sentier caillouteux avec 3/4 d'heure de montée.

    Du col d'Arrious on arrive sur un petit plateau, prendre le premier chemin a droite vers le lac . A l'entrée du lac on prend a gauche on enjambe le trop plein de la prise d'eau et on se trouve dans les éboulis oxydés la prospection débute a ce moment là jusqu'au fond du lac ( Grenats et épidotes).

    Lac d'Arrious 2285 m, en fond Petit et grand Pic d'Arriel 2824 m, éboulis jusqu'en dessous .

    http://www.refuges.info/point/4801/cabane-non-gardee/Bearn/Cabane-du-Caillou-de-Soques/

    http://www.randopyreneesnature.com/archives/2009/09/05/14964521.html

    Lac d'Arrious

    http://www.lacsdespyrenees.com/lac-28-Lac%20d'Arrious.html

    Très beau film sur la montée vers le lac d'Arriou !

    https://www.youtube.com/watch?v=FheDazrquS8

     

     

    Un peu d'Histoire : Par la société Ramond

    LAC D'ARTOUSTE 
    
    
    
    Le lac d'Artonste (4964 m.) est nn des pins grands , et des mieux 
    eiicadrës des Pyrénées. II commence à être conna, et souvent visité , 
    depnisqae lesgnides, Lanusse le premier, sont parvenus à conduire 
    les chevaux jusqu'au col d'Arrious. Plusieurs routes peuvent y conduire : 
    la plus directe, à pied , depuis les Eaux-Bonnes , c'est de grimper par 
    la gorge de Balour sur le plateau d'Anouillas, de redescendre par le col 
    de Lurdé et la Tnme, dans la vallée de Sousouéou , pour de là remonter 
    ensuite jusqu'au lac; mais cette course exige, au moins, de 45 à 44 b. 
    de marche pénible , et ne laisse , par conséquent , dans la journée , 
    presque pas de temps pour visiter les environs. Il est préférable, 
    pour éviter de passer deux fois par le même chemin , d'aller par le col 
    d'Arrious, et de revenir par la vallée de Sousouéou et les Eaux-Chaudes. 
    On peut ainsi aller à cheval jusqu'au point le plus élevé de la course , 
    et envoyer les montures vous attendre à la scierie de Sousouéou. J'ai 
    fait ce tour complet à pied, depuis les Eaux-Chaudes, en U h. et demie. 
    Au bout de (( h. et demie environ, j'élais au haut du col d'Arrious 
    (3254»); il me fallut 8 h. pour redescendre par la vallée, en m'arrétant 
    quelques instants au bord du lac. 
    Le chemin est carrossable jusqu'en dessous de la carrière de marbre 
    blanc; aa^elà de Gabas, il le deviendra bientôt jusqu'à la frontière , 
    car on s'occupe de construire une route par le col d'Anèou pour 
    atteindre les mines d'anthracite dil Rouniigas. 
    
    Dans la vallée de Broussette» deux ou trois éboulements que 
    percent de vieux troncs de sapins , marquent les traces des dernières 
    avalanches, dont on voit encore les ravages sur les flancs dénudés des 
    montagnes. Suivez la vallée dans presque toute sa longueur; un peu 
    avant d'arriver au point où elle tourne pour se diriger vers le Sud^uest, 
    vous verrez s'ouvrir le val d'Arrious à gauche i et le val de Pombie à 
    droite. On commence l'ascension en traversant un beau bois de hêtres 
    et de sapins, qui poussent allègrement sur un terrain morainique, 
    puis on débouche dans la vallée d'Arrious , dont l'aridité contraste avec 
    cette belle végétation. L'on croit voir le col devant soi , mais lorsqu'on 
    y arrive au bout d'une heure et demie de marche , on est désagréable- 
    ment désillusionné , en en découvrant un second plus élevé , qui , à son 
    tour, sera suivi d'un troisième , le dernier et le vrai celui-là. Il faut 
    environ â h. pour l'atteindre après avoir quitté la vallée de Broussette. 
    De là, la vue est admirable; on aperçoit tous les contours du lac, 
    encadré de rochers abruptes, sauf du côté du midi. Ses eaux , d'un 
    beau bleu d'azur, sont, sur les bords, d'une transparence parfaite; 
    mais à peu de distance, elles paraissent d'un bleu noir, indice d'une 
    grande profondeur. Un rocher perce de sa tète aride la surface du lac ; 
    on pourrait le croire vierge encore du pied de l'homme; il ne 
    l'est pas cependant. Il y a quelques années, un anglais est venu 
    camper une quinzaine de jours avec sa femme, deux domestiques et 
    deux guides, dans ce site isolé , pour se livrer à son aise aux plaisirs de 
    la pêche et de la chasse; il avait apporté une embarcation démontable 
    en . toile , et put naviguer à 3000» de hauteur au-dessus de la mer. 
    
    En face du col se dresse le pic Palas (2976»), nu et désolé ; à droite, 
    le Som de Seoube ou pic Arriel (2823 ») soutient les lacs d'Arremouiit 
    (2232b). Dans la gorge qui les sépare est le passage que l'on doit 
    suivre si l'on veut tenter la grande ascension du pic de Balletous 
    (3146»),. dont le sommet prolongé par la crête du Costerillou ou 
    Cristail, parait au-dessus du col d'Arremouiit (2455»). 
    
    Avant de descendre sur les bords du lac, on peut, si l'on veut bien 
    utiliser sa course, faire, depuis le col d'Arrious, quelques petites 
    pointes intéressantes. Vous voyez d'abord à gauche, un petit contrefort , partant du pic d'Arrions (3835»)^ vient , coipme nue mnraillQ, se 
    terminer 9iir les bords do lac* Près de son extrémité, un couloir 
    gazonné qui, de loin, semble à pic, toos permettra cependant une 
    ascension assez facile. Depois le hapt, à cbeval comme sar nn m«r ^ 
    TOUS dominerez tonte la vallée de Sonsonéon et la chatne qui la sépare 
    de la vallée d'Aznn , jusqu'aux pics d'Ar et de Ger ; autour de soi Ton 
    ne voit que ruines, et 500n en contrebas , le lac , dans lequel il semble 
    qu'on pourrait lancer une pierre. Il est difficile de trouver un 
    observatoire mieux placé. 
    
    En tournant, an contraire, vers le S.-0. depuis le col, om 
    arrive blentftt sur les bords du petit lac d'Arrious, presque toujours 
    glacé, d'où l'on monte en moins d'une heure au col de Sobes, qui 
    forme frontière (S449"); de là, l'on jouit d'une belle vue du cèCi 
    de l'Espagne, sur le haut bassin duGallego. 
    
    Enfin, si l'on a le pied sûr, on peut longer horizontalement le flâne 
    médional du pic d'Arrious, pour arriver à l'ouest, sur le plateau qui 
    domine la vallée de Broussette. En face, se dresse le pic du Midi dans 
    toute sa sévérité , dominant les pâturages de Pombie et de Hagnebalg $ 
    à droite , se massent les sommets d'Er, d'Asie et de Gaziés ; à gauche ^ 
    les montagnes d'Anéou ^ de Peyrelue et de Socques. Il serait facile de 
    jouir de cette vue sans perte de temps , en passant par ce plateau pour 
    monter au col d^Arrious. Il suffirait , après avoir dépassé le petit bois , 
    au bas de la vallée ^ de grimper à gauche à travers les pâturages. 
    
    n est difficile, à moins d'aller coucher à Gabas , de faire toutes ces 
    promenades dans la même journée et de redescendre ensuite par la 
    vallée de Sousouéou; mais il vaut la peine de revenir deux fois au col 
    d'Arrious, d'autant qu'on y jouit souvent d'un temps plus clair que sur 
    les montagnes situées phis au nord , les pics de Ger, de Gabisos , etc. 
    
    Revenons au lac. Il est essentiel de descendre jusqu'au bord, si l'on 
    veut bien juger de ses dimensions. Depuis le col il semble qu'on on en 
    est tout près, mais il faut en réalité trois quarts d'heure pour l'atteindre. 
    
    C'est par la rive Ouest qu'il faut le longer ; la rive Est est presque 
    impraticable. Après avoir passé sur un rocher découpé par les plus 
    jolis petits golfes^ on traverse un éboulement granitique, et l'on 
    atteint la muraille qui soutient le lac au nord. De là, la vue est 
    charmante; on voit cette belle nappe dans toute sa longueur; des 
    rochers à pic plongent de tous côtés sous ses eaux limpides ; dans le 
    fond, de gracieuses cascades descendent des lacs Arremoulit, et les
    neiges èiernelles da Som de Séoube formeot an tableaa une éclataole 
    couronne. 
    
    Il 66t difficile de donner des indications pour trouver son chemin 
    depttis le lac d'Af touste jusqu'à la plaine de Sousouéou. Le sentier est 
    loin d'être partout bien frayé. On peut cependant faire ce trajet sans 
    gaide, a?ec une certaine habitude des courses de montagnes. Mais en 
    qœlques endroits, le coup-d'œil montagnard est indispensable : une 
    pierre par-ci, par-là > usée par le pied des animaux, quelques touffes 
    d'herbe foulée, sont soutent les seuls indices qui fassent reconnaître le 
    passage. Il est important de ne s'avancer qu'avec prudence , car si Ton 
    s'écarte du chemin véritable, on est quelquefois obligé de refaire une 
    ascension pénible ou de perdre du temps pour le retrouver. Il faut 
    surtout éviter de s'obstiner à suivre un chemin que l'on reconnaît 
    D'être pas le sentier frayé, dans l'espoir qu'on finira par arriver au 
    même but. Les trois-quarts du temps on finit par se trouver arrêté 
    devant un passage impraticable, et par être obligé de revenir sur ses 
    j)a8. Smvez avec grand soin les sentiers frayés, et si vous les perdez, 
    faites tous vos efforts pour les rejoindre au plus vite : c'est un principe 
    que l'expérience inculque à tous les coureurs de montagnes (i). 
    
    Le sentier, suivant la rive gauche du gave, descend successivement 
    trois gigantesques gradins; il passe ensuite sur les bords du petit lac de 
    l'Ours (1606»), qui doit une physionomie particulière aux bois de sapins 
    dont il est entouré de toutes parts. D'où vient son nom ? est-ce d'une 
    ancienne tradition 7 ou bien , ce lac ombreux serait-il le site favori de 
    ces rois des montagnes, assez communs dans ces parages? Sur les 
    rochers qui les bordent, ils peuvent trouver une abondante récolte de 
    myrtiles (raisins d'ours). 
    
    Si la rive gauche du gave est bien boisée en quelques endroits , la 
    rive droite fait contraste : ce ne sont que rochers nus étages; quelques 
    maigres sapins isolés sèment par-ci , par-là , des taches noires sur la 
    teinte grise du granit. 
    
    H faut à peu près â h. et demie pour descendre du lac d'Ârtousle à 
    la plaine de Sousouéou. On est tout étonné, après avoir couru si 
    
    
    
    (î) n est clair que je ne parle pas pour les explorateurs qai aiment à chercher d3 
    noQveaax passages dans des régions presque inconnues. Les indications que je donne 
    ont pour but de faciliter la connaissance des montagnes à ceux qui commencent à 
    
    apprécier ceita source de vives et viriles jouissances. Voir le Bulletin de la Société Ramond, numéro 
    de juillet 1867 J.  

    En 1868 deux ouvrages parlent de cette course le grand guide Joanne et le guide spécial de Jam

     

     

     

    Toutefois vous êtes dans le parc National des Pyrénées donc Interdit de ramasser ou de casser des rochers pour en extraire des cristaux 

     

     


    votre commentaire
  • Lorsqu'on sort à Salies du Béarn par l'autoroute (A64 Sortie7), on prends direction Saint Palais puis Saint Jean Pied de Port, direction Gamarthe, a l'église prendre a gauche la route d'Ituria , continuer cette route jusqu’à ce que l'on arrive sur un Y, a notre gauche un portail a  lamelles  rouge a l'entrée d'un champ, a gauche après continue la route d'Ituria et a droite entre la borne a incendie et un châtaignier débute la D120, prendre cette petite route qui serpente jusqu'au col d'Askonzabal.

    Monter les lacets sur presque 3 kms qui traversent champs et forêts, pour arriver a une grange en pierre sur le côté gauche de cette route ( l'entrée se fait par une vieille porte de garage en bois avec une pente vers la route) un châtaignier a sa droite, en face un champs qui monte fermé par une clôture piquets de bois et barbelés, en 1990 cette grange était plantée sur un champs labouré ou on trouvait de beaux quartz translucides et fenêtrés de 1 a 10 cm. de la grange un chemin a sa gauche partait a travers champs et bois et allait rejoindre un champs labouré ou on en trouvait aussi, (champs qui rejoint la D120 un peu plus loin en la continuant et en descendant). De la grange plus loin a droite un premier chemin qui part a droite et qui monte vers les champs et bois en direction a gauche du col d'Oyhanzarré, j'avais prospecté dans les champs a droite et à gauche face a face qui y mène .

    De la grange a l'Y le chemin vers les champs et bois et un peu plus bas a droite une ferme dont le champs en dessous aux labours  en sortait (En demandant l'autorisation)

    Je m'y rendais au moment des labours, lorsque les agriculteurs passaient les appareils pour faire de grosses mottes et laissent ces terrains tout l'hiver en terre.

    Lorsqu'on continue cette route la D120 on arrive a un hôtel sur la droite deux étoiles, très bien pour aller prospecter ces moyennes montagnes , on y mange bien et les nuits sont calmes avec une vue sur les vallées enchanteresses.

    Hôtel restaurant Col de Gamia

    http://www.restaurant-gamia.fr

    http://www.lespyrenees.net/hebergements/HOTAQU06401GVDXR/detail/bussunarits-sarrasquette/hotel-du-col-de-gamia

     

    Pas de photos parceque j'ai tout dans des cartons et il faut que je vide ...

    Autres:

    http://gb-rando.blogspot.com/2018/03/gamarthe-circuit-de-gamia.html

    http://www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/20150209_Bilan_SDC_aquitaine.pdf


    votre commentaire
  • LE CUZOUL - CASTANET Dept82

    Des géodes de barytes jaunes ou de cristaux de quartz fumé au ras de la route, dans les fermes et dans les vignes.

    Lire la suite...


    votre commentaire