• ARAGON DOMAINE DE BANCALIS (AUDE)

    La commune d'Aragon est située sur des calcaires à alvéolines ou nummulitiques (Classe des Foraminifères) de 1 à 3 mètres d'épaisseur. Principal dépôt marin du tertiaire pour le Paléogène languedocien qui va du Danomontien (65Ma) au Stampien (37Ma), le Paléogène comprend l'Eocène et l'Oligocène.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • HISTORIQUE :

    La mine d'Orignac a été exploitée de 1854 à 1880 puis en 1917-18 et enfin de 1940 à 1947, soit dans des périodes de pénurie. La mine, d'abord dans des galeries, fut exploitée sur la fin à ciel ouvert. Elle est située au sud-ouest de la commune.

    Le lignite (du latin lignum : bois), provenait à Orignac d'anciens séquoias transportés    par les crues de l'Adour dans une cuvette. Les animaux retrouvés ont eux-aussi été    transportés à l'état de cadavre par l'Adour en crue. C’était il y a 20 millions d'années !

    De 1866 à 1869, Emilien Frossard fait l'inventaire des restes d'animaux retrouvés lors de l'exploitation de la mine.    Ce sont les mammifères : mastodon (tetrapholodon) cf. Longirostris,   dinotherium giganteum, tapirus priscus, rhinoceros schleiermacheri, chalicotherium    glodfussi, hipparion gracile, dorcatherium crassum, cervus dicranoceros, steneofiber    jaegeri, indarctos arctoïdes (Préhistoire des Hautes-Pyrénées de Jacques Omnès).

    Lire : Livre Richesse des Pyrénées par André Imbert et Préhistoire des Hautes-Pyrénées par Jacques Omnès

     

    Situation et Accès :

    De Bagnères de Bigorre prendre la direction de Lannemezan et à l'embranchement d'Orignac le prendre, on va trouver 3 petites excavations (carrières de lignites en contrebas de la route dans le bois bien avant Orignac. Ensuite d'Orignac on va prendre la direction de Montgaillard et au deuxième virage en épingle a droite dans les marnes bleues va se trouver deux autres excavations. Revenir à la voiture continuer cette route toujours direction Montgaillard et à l'embranchement à droite de Vieille Adour on laisse la voiture a l'embranchement et descendre dans les champs pour accéder à deux petites excavations séparées de 100 mètres. En revenant aux voitures sur la route qui mène à Hitte, on va trouver une sablière sur la gauche, puis en revenant sur nos pas et toujours vers Montgaillard avant l'intersection qui mène à droite vers Tarbes va se trouver à gauche une autre excavation. (Bien avant le pont et la rivière) 

    Strates orientées ENE-OSO avec Pendage à 65°S. 

    Calcaires bleus cendrés altérés en surface en beige. 

    Age Ilardien (Eocène Inf) Pétri de fossiles : Nummulites, Oursins, Mollusques. 

    Carte 1/50000 Orignac 

    En mine les couches se présentent comme tel en partant du haut : 

    - Argile jaune à cailloux

    - Argile jaune et bleu fine savonneuse (à jolis gypses en croix)

    - Lignite dans argile Grise

     

    En carrière on va trouver de haut en bas : 

    Marnes bleues

    Fossiles

    Faciès crayeux

    Conglomérat


    EXTRACTION :

    Porter un couteau un peu grand et large type couteau de boucher afin de décaler les fines couches de schiste où se trouvent les gypses en croix collés sur les argiles bleues 


    OUTILLAGE :

    Une pioche, une pelle et un pied de biche, des bottes. Il est rare aujourd'hui de trouver des fossiles.

     

    HISTOIRE : Société Ramond

    Fossile d'Or igmc. — M. E. Frossard, président, communique à 
    la Société une molaire du Chalicotherium, nouveau fossile des lignâtes 
    d'Orignac, qu'il doit à l'obligeance de M. Jauge. Voici jusqu'ici la 
    liste des mammifères dont les restes proviennent de cet intéressant 
    gisement, que M. E. Frossard a pu réunir et qui ont été déterminés 
    par notre savant confrère M. Lartet. 
    
    Tapirus priscus. 4 molaires inférieures. 
    
    Rhinocéros schleyermacheri y Kaup, 5 molaires supérieures. 
    
    ChcUicotherium Golfussi. i molaire inférieure. 
    
    Hypparion Gracile, Kaup. i astragale. 
    
    Dorcatheiium fiaui. 6 molaires inférieures, i mélac^irpien de 
    l'annulaire gauche , 1 poition d'humérus.Cerf)us Dicrocgrmm, Ka^p. S molairee aupérieores. 
    On kerbiwre à doigts impairs, i moitié d'astragale. 
    
    Um feuiUe dicotylédonôe» indéteriniâablô* 
    
    Pour compléter cette li^te ajoutons : 
    
    Dinotherium, Kaup., dont M. Eugène Camus> de Bagnères, 
    possède deux molaires. 
    
    Castor I«geri. Kaup» 
    
    Rhinocéros Golfussi, Kaup. 
    
    Ces trois mammifères avalent été signalés par M, Virlet, ainsi 
    que le Rhinocéros Schleyermacheri et leDorcatheriura nauL (Bulletin 
    Soc. GéoL, séance du 20 mars 1855). 
    
    Ours (nouvelle espèce) signalé par M. le I> Garrigou. 
    
    Enfin , une tête de fémur, recueillie par M. Vaussenat ( masto- 
    donte?) 
    
    Ce qui porterait de 11 à 12 le nombre des espèces miocènes 
    trouvées à Orignac, et représentant 10 genres diflérents : faune 
    intéressante qui se rapproche de celle qui a été étudiée avec tant 
    de soin dans le riche gisement de Pickermi , par M. Gaudry. 
    


    Lien intéressant
    http://lieux.loucrup65.fr/minesorignac.htm

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  BÂTIMENTS DE LA MINE :

     
    HISTORIQUE :

    Au 18ème siècle exploitation de ces mines pour le cuivre sur les communes de Bieille et Bilhères

    Puis en 1868 une concession fût accordée à la Société des Mines d'Aspeich, les travaux furent intermittents.

    En 1889 une centaine d'hommes fut employés

    En 1890 des galeries furent creusées et ont sorti 10 tonnes de cuivre pyriteux.

    Aujourd'hui des bâtiments sont encore en place, diverses galeries et puits.

    SITUATION ET ACCES :

    De Bieille passer le village en direction de Billère, col de Marre-Blanque, tourner de suite le pont sur le ruisseau Arriou Mage et après le deuxième pont, laisser la voiture à droite, (le ruisseau part sur la gauche ), prendre le chemin en face , a un moment passer à gué le ruisseau d'Arriou Mage (difficile sans se mouiller les pieds) sur la gauche, suivre ce chemin qui serpente jusqu'au bâtiment de la mine situé a droite du chemin, la première mine se trouve sous le bâtiment de l'autre côté du ruisseau et la deuxième sur la voie de chemin de fer(wagonnets) les autres s'étagent au-dessus de celle-ci puis encore au-dessus, au-dessus encore se trouve des éboulis avec de la chalcopyrite. 

    Lorsqu'on est au bâtiment de la mine continuer a gauche et avant le tout premier grand virage en épingle a droite par un petit sentier en bout se trouve une autre mine qui en traversant le ruisseau on se retrouve sur les éboulis a Chalcopyrite. Donc en continuant ce sentier on se retrouver tout en haut sur un plateau avec des prés. 

    Il faut compter une bonne heure de marche après avoir laissé la voiture. 

     

    OUTILLAGE :

    Sac à dos, chaussures de rando, un bâton (serpents), une massette, pointerolle, burin, du papier journal pour emballer, eau, torche électrique, les galeries ne sont pas profondes et les puits sont bouchés.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La mine de Wolfram (minerai de tungstène servant à la fabrication des outils d'usinage et découpe (scies, forets, fraises, poinçons, outils de tour), dans le tréfilage, les revêtements de protection d'usure, les outils pour travaux publics (forages, exploitation de mines et carrières, tunneliers),

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Colombiès Quitter Colombiès par la D997 en direction de Rignac. Laisser la Sarrette à gauche, suivre cette route pendant quelques kilomètres en se dirigeant vers le Hameau du Pont Neuf, avant de passer le pont neuf, prendre à droite la D285.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire