• De Louvie Soubiron prendre a droite la direction  Listo , on voit le pic de Listo a votre gauche et on monte en direction du chemin du col de Louvie .

    A Aspière un grand virage en épingle continuer encore a monter laissez sur votre gauche la bergerie avec le toit en tôle, suivez la forêt sur la droite un virage a gauche, puis un a droite à nouveau un a gauche, une ligne droite et a ce moment là un virage plus imposant sur la gauche apparaît , c'est a cet endroit que vous allez quitter le chemin pour vous diriger vers deux vallées serrées une a gauche l'Arrec de Téoulère et a droite vers une prairie étroite  entre deux forêt  a droite vous verrez la crête d'Aygue Morte bien au dessus, les mines de fer s'étagent dans la forêt dans le V plutôt vers les couleurs marrons clair sur la carte, par contre je ne peux vous dire l'altitude ou elles se trouvent ce sera a vous de prospecter.

    Depuis le départ vous aurez parcouru 1h00 de montée, au départ du V. 

    Les anciennes mines sont proches !

    ASTE BEON  (dept64) Mines

    http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article13

    https://books.google.fr/books?id=K4VaAAAAYAAJ&pg=PA312&lpg=PA312&dq=Mines+d%27ast%C3%A9+b%C3%A9on+histoire&source=bl&ots=8DVkfBNWnZ&sig=5E-sfBg0b11AG30p48w4dpCT970&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjfkZqgs4_cAhUDSBQKHcu_COwQ6AEIXDAJ#v=onepage&q=Mines%20d'ast%C3%A9%20b%C3%A9on%20histoire&f=false

    http://cauhape.bernard.free.fr/page_Vallee_pyrenee.html

    http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-56967

     -------------------------------------o---------------------------------------------

    Dans le même coin Mines du Clot Méné :

    http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article15&artsuite=0#sommaire_1

     

     http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article15

    http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article14

    http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article108

    http://www.feretsavoirfaire.org/spip.php?article19#train


    votre commentaire
  •  

    De Millau direction St Georges de Luzençon par la RN 592 d'Albi, dans le village prendre l'avenue Bertrand Pottier en direction de Lavencas puis suivre jusqu’à St Geniès de Bertrand, puis prendre le chemin des mines (plaque de rue) et arriver 500 mètres après aux ruines inférieures de l'exploitation.

    Au fond du vallon trémis et déblais.

    Sur la droite un sentier se dessine qui monte dans le ravin des Aires. Au bout d'une cinquantaine de mètres il passe sur l'autre versant et conduit a l'entrée unique de la mine, galerie accessible derrière la trémie.

     

    La mine de Sérals de Saint Geniez de Bertrand a été exploitée au moins depuis 1377, elle fit l’objet à la fin du XVIIIe siècle d’une véritable activité industrielle .

    Ces mines n’eurent jamais une grande importance.

    Le charbon pauvre, lignite, qu’on en extrayait, à une époque ou tout le monde se chauffait au bois, était destiné surtout aux forges, fours à chaux et autres artisanats.

    Sans doute ces charbonnières étaient-elles logées à la même enseigne que celles de Saint-Georges, qui paraissent n’avoir enrichi aucun de leurs exploitants successifs. Elles ont fonctionné, jusqu’après la guerre de 1914-18 et elles avaient repris un semblant d’activité pendant la guerre de 1939-45. 

    http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article404

     

    Mélantérite ou sulfate de fer ( Conserver a l'abri de la lumière, de l'air et bien sûr de l'eau)

    Photo de Mistral34 sur Géoforum 23 août 2007.

     

    post-983-1187860846_thumb.jpg 

     

    Gypse en aiguille colorée par les oxydes de fer

    Image associée

    SAINT GEORGES DE LUZENCON (Dept12)

     

     

    La mine mesure 80 mètres de long et a 45 mètres de l'entrée une bifurcation a droite ou l'on trouve  en rampant sous une poutre d'un éboulement très ancien de la mélantérite, sulfate bleu ressemblant a des sucres d'orges quelques fois posés sur la pyrite et des gypses en aiguilles colorés e rouge par les oxydes de fer.

    Presqu'en face de la bifurcation a gauche a une trentaine de mètres de l'entrée se trouve des gypses fer de lance  d'environ 6 cm .

     

    Matériel : Marteau burin, casque avec bon éclairage et fil d’Ariane.

    Carte au 1/50000 feuille Millau N°935

     

    Et surtout autorisation du propriétaire du terrain 

     


    votre commentaire
  •  

     Site de minéraux offert par Serge Barlan au club de géologie le Béryl de Tournefeuille (dept31) lorsque j'ai créé ce club en 1988, départ 1992 ( 1er président de ce club).MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

     

    MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

    MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

    MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

    MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

     

    Dans les haldes en dessous de la route on ramasse de jolies goethite mamelonnées en fouillant en profondeur dans les tas . Photo de dessous :

    MINE DE MONT-ROC (Tarn) Goethite

    Elle se présente comme une large faille en diagonale et de suite rentré on se trouve dans le noir complet, toutefois un panneau à l'extérieur indique quelle est interdite, au dessus de celle là une autre entrée bouchée et plus loin à droite dans le bois au milieu des chênes, buis et houx sauvage se trouve le puits d'aération de la mine) donc garez la voiture le long de la petite route .

    Cette mine appartient à un habitant du village de Montroc !

    Une fois à l’intérieur, la roche était rouge orangée, au ras du sol on pouvait voir des départs de galeries bouchées et à droite vraiment au ras du sol, un géode de goethite mamelonnée avec des protubérances qui formaient des stalagmites de fer noir brillant.

    Tout le monde était émerveillé par cette balade dans une galerie de mine, je disais bien aux personnes de ne jamais toucher au plafond ni de taper dedans.

    La balade durait pas loin de 30 mns puis nous ressortions et la journée se passait sur les déblais de l’ancienne mine.

    (Plus tard sur une autre sortie, un membre du club avait voulu descendre encordé sur 7 mètres de profondeur avec de la bonne lumière afin de voir s’il y avait une galerie en dessous. Il avait ramené de très belles cristallisations mamelonnées de goethite limonite et à l'extérieur on ramassait dans les déblais les concrétions mamelonnées noires brillantes de la goethite) le mot mamelonné faisait toujours rire.

    Le repas de midi se déroulait dans un pré jouxtant la mine, les rires et trouvailles étaient au rendez vous, on se passait les pièces que l’on trouvait et l’après midi, après avoir rangé les paniers de victuailles un peu moins pleins on repartait a la recherche de goethite dans les déblais de la mine en contrebas de la route et d’autres se rendaient à une pisciculture proche pour acheter des truites saumonées .


    Matériel à prendre :

    Casque avec lumière, chaussures de rando, Estwing (marteau de géologie, pic d'un côté, cubique de l'autre), pointerolle, massette et pied de biche afin de soulever les pierres pour en trouver de beaux mamelonnés , le déblai est important , si on creuse en profondeur les cristallisations sont fraîches et belles.

    En 1988 l'autorisation était possible aujourd'hui, n' y étant pas revenu depuis pas mal d'années je ne peux vous dire.


    votre commentaire
  • Mine de Saint Martin d' Arrossa  (Pays Basque dept 64) Balade souterraine dans les mines de Saint-Martin d'Arrossa.  Découverte des cristaux de goethite et des stalagmites de fer noir.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • HISTORIQUE :

    La mine d'Orignac a été exploitée de 1854 à 1880 puis en 1917-18 et enfin de 1940 à 1947, soit dans des périodes de pénurie. La mine, d'abord dans des galeries, fut exploitée sur la fin à ciel ouvert. Elle est située au sud-ouest de la commune.

    Le lignite (du latin lignum : bois), provenait à Orignac d'anciens séquoias transportés    par les crues de l'Adour dans une cuvette. Les animaux retrouvés ont eux-aussi été    transportés à l'état de cadavre par l'Adour en crue. C’était il y a 20 millions d'années !

    De 1866 à 1869, Emilien Frossard fait l'inventaire des restes d'animaux retrouvés lors de l'exploitation de la mine.    Ce sont les mammifères : mastodon (tetrapholodon) cf. Longirostris,   dinotherium giganteum, tapirus priscus, rhinoceros schleiermacheri, chalicotherium    glodfussi, hipparion gracile, dorcatherium crassum, cervus dicranoceros, steneofiber    jaegeri, indarctos arctoïdes (Préhistoire des Hautes-Pyrénées de Jacques Omnès).

    Lire : Livre Richesse des Pyrénées par André Imbert et Préhistoire des Hautes-Pyrénées par Jacques Omnès

     

    Situation et Accès :

    De Bagnères de Bigorre prendre la direction de Lannemezan et à l'embranchement d'Orignac le prendre, on va trouver 3 petites excavations (carrières de lignites en contrebas de la route dans le bois bien avant Orignac. Ensuite d'Orignac on va prendre la direction de Montgaillard et au deuxième virage en épingle a droite dans les marnes bleues va se trouver deux autres excavations. Revenir à la voiture continuer cette route toujours direction Montgaillard et à l'embranchement à droite de Vieille Adour on laisse la voiture a l'embranchement et descendre dans les champs pour accéder à deux petites excavations séparées de 100 mètres. En revenant aux voitures sur la route qui mène à Hitte, on va trouver une sablière sur la gauche, puis en revenant sur nos pas et toujours vers Montgaillard avant l'intersection qui mène à droite vers Tarbes va se trouver à gauche une autre excavation. (Bien avant le pont et la rivière) 

    Strates orientées ENE-OSO avec Pendage à 65°S. 

    Calcaires bleus cendrés altérés en surface en beige. 

    Age Ilardien (Eocène Inf) Pétri de fossiles : Nummulites, Oursins, Mollusques. 

    Carte 1/50000 Orignac 

    En mine les couches se présentent comme tel en partant du haut : 

    - Argile jaune à cailloux

    - Argile jaune et bleu fine savonneuse (à jolis gypses en croix)

    - Lignite dans argile Grise

     

    En carrière on va trouver de haut en bas : 

    Marnes bleues

    Fossiles

    Faciès crayeux

    Conglomérat


    EXTRACTION :

    Porter un couteau un peu grand et large type couteau de boucher afin de décaler les fines couches de schiste où se trouvent les gypses en croix collés sur les argiles bleues 


    OUTILLAGE :

    Une pioche, une pelle et un pied de biche, des bottes. Il est rare aujourd'hui de trouver des fossiles.

     

    HISTOIRE : Société Ramond

    Fossile d'Or igmc. — M. E. Frossard, président, communique à 
    la Société une molaire du Chalicotherium, nouveau fossile des lignâtes 
    d'Orignac, qu'il doit à l'obligeance de M. Jauge. Voici jusqu'ici la 
    liste des mammifères dont les restes proviennent de cet intéressant 
    gisement, que M. E. Frossard a pu réunir et qui ont été déterminés 
    par notre savant confrère M. Lartet. 
    
    Tapirus priscus. 4 molaires inférieures. 
    
    Rhinocéros schleyermacheri y Kaup, 5 molaires supérieures. 
    
    ChcUicotherium Golfussi. i molaire inférieure. 
    
    Hypparion Gracile, Kaup. i astragale. 
    
    Dorcatheiium fiaui. 6 molaires inférieures, i mélac^irpien de 
    l'annulaire gauche , 1 poition d'humérus.Cerf)us Dicrocgrmm, Ka^p. S molairee aupérieores. 
    On kerbiwre à doigts impairs, i moitié d'astragale. 
    
    Um feuiUe dicotylédonôe» indéteriniâablô* 
    
    Pour compléter cette li^te ajoutons : 
    
    Dinotherium, Kaup., dont M. Eugène Camus> de Bagnères, 
    possède deux molaires. 
    
    Castor I«geri. Kaup» 
    
    Rhinocéros Golfussi, Kaup. 
    
    Ces trois mammifères avalent été signalés par M, Virlet, ainsi 
    que le Rhinocéros Schleyermacheri et leDorcatheriura nauL (Bulletin 
    Soc. GéoL, séance du 20 mars 1855). 
    
    Ours (nouvelle espèce) signalé par M. le I> Garrigou. 
    
    Enfin , une tête de fémur, recueillie par M. Vaussenat ( masto- 
    donte?) 
    
    Ce qui porterait de 11 à 12 le nombre des espèces miocènes 
    trouvées à Orignac, et représentant 10 genres diflérents : faune 
    intéressante qui se rapproche de celle qui a été étudiée avec tant 
    de soin dans le riche gisement de Pickermi , par M. Gaudry. 
    


    Lien intéressant
    http://lieux.loucrup65.fr/minesorignac.htm

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique